Augmented Translation

Quel est le tarif d’une post-édition ?

Lorsqu’on aborde le thème de la post-édition, la question la plus courante concerne les tarifs appliqués. Si nous nous basons sur certaines demandes de post-édition publiées en ligne, c’est facile de croire qu’il s’agit d’un service mal payé qui a été créé pour baisser les tarifs de traduction.

Détrompez-vous !

Un projet de post-édition peut tout à fait s’avérer rentable selon le respect de certaines conditions, dont le tarif appliqué et son mode de calcul. Si ce blog a traité le thème de la rentabilité à plusieurs reprises, notamment en vous donnant des conseils pour une post-édition efficace, cet article porte sur les options tarifaires disponibles.

Tarif horaire

En proposant un tarif horaire, vous ne prenez aucun risque car vous être rémunérés pour le temps effectivement passé sur le projet de post-édition. Le calcul est simplissime : il s’agit d'appliquer votre tarif horaire habituel ! Pour vous aider à définir votre tarif horaire, servez-vous de l’outil CalPro mis à disposition par la Société française des traducteurs. Qu’il s’agisse d’une traduction, d’une révision ou d’une post-édition, ce tarif sera le même.

Aucune perte d’argent, aucune mauvaise surprise.


En post-édition, le tarif horaire est à privilégier. Toutefois, très souvent, surtout quand on collabore avec des agences de traduction, le tarif au mot est la base de calcul la plus communément utilisée. Essayez tout de même de convaincre votre client que le tarif horaire est le plus adapté, car le temps dédié à une post-édition peut varier énormément selon le moteur de traduction automatique utilisé et les spécificités du texte prétraduit. Souvent, les clients n’aiment pas cette option tarifaire car elle ne permet pas de connaitre immédiatement le prix de la prestation. En effet, il faudra attendre la livraison du projet pour connaitre le montant de la facture.

Tarif au mot source

Le tarif au mot source est la base de calcul la plus utilisée car elle permet de résoudre le problème mentionnée dans le paragraphe précédent : le prix de la prestation peut être calculé immédiatement et au mot près (au sens propre du terme) ; à nouveau, vous pouvez utiliser CalPro pour calculer votre tarif au mot pour un service de traduction. Votre tarif de traduction sera ensuite utilisé pour identifier une fourchette de prix pour un service de post-édition.


Ne vous attendez pas à une formule magique : comme pour la traduction, les tarifs varient énormément selon le pays, la combinaison linguistique, le domaine de spécialisation, les années d’expérience du professionnel en traduction, la qualité de la traduction automatique brute et ainsi de suite. Néanmoins, je peux vous dire que le tarif de post-édition proposé par les agences est de 30 % à 70 % moins cher qu’un tarif de traduction. L'aiguille de la balance penche du côté de 30 % pour un service de post-édition légère et de 70 % pour un service de post-édition complète.

À titre indicatif, si votre tarif de traduction est de 10 centimes d’euros le mot source, vous savez déjà que vous pouvez aller de 3 centimes d’euros pour une post-édition légère et jusqu’à 7 centimes d’euros pour une post-édition complète.


Attention : si vous offrez la post-édition à un client direct, il est plus facile de négocier un tarif horaire, voire un tarif de post-édition à 80 % du tarif de traduction. Dans ce cas, accompagnez le client dans son choix de service (traduction, post-édition…) en lui présentant les avantages et les inconvénients de chaque service linguistique.


Je ne connais pas ma vitesse de post-édition !

La meilleure façon pour évaluer la rentabilité d’un projet de post-édition est de calculer votre productivité horaire. Créez une feuille de calcul avec les colonnes suivantes :

  1. Nom du projet (et s’il s’agit d’une post-édition légère ou complète)

  2. Nombre de mots à post-éditer

  3. Le temps que vous avez dédié à la post-édition

  4. Le prix de la prestation (le montant que vous percevez)

  5. Le tarif au mot

Avec ces informations, vous pourrez calculer votre vitesse moyenne de post-édition légère et complète et votre rémunération horaire. Servez-vous de ces statistiques pour mettre au point votre tarif de post-édition. Je vous conseille également de répéter ce traçage une fois par an afin d’évaluer le gain ou la perte de rentabilité d’un projet de post-édition. Je déconseille, toutefois, de tenir un suivi systématique : cela vous fait perdre du temps !

Autre information qui pourrait vous intéresser : je considère que la vitesse de post-édition moyenne est de 700 mots par heure pour un projet de post-édition complète et de 1000 mots par heure pour un service de post-édition légère. N’hésitez pas à partager vos statistiques dans les commentaires !

Tarif à la modification

Appelée distance d’édition, distance de post-édition ou « edit distance », cette méthode prévoit une rémunération basée sur le nombre de caractères modifiés. Exemple pratique :


Le post-éditeur examine la traduction automatique brute suivante pour la phrase The mouse hit the dog :

Le souris a frappé les chien.


Le post-éditeur remplace « e » par « a » et enlève un « s » à « les » :

La souris a frappé le chien.


Le post-éditeur a modifié 2 caractères. La distance de post-édition est donc de 2.


En comptant le nombre de modifications effectivement apportées, le post-éditeur est censé être rémunéré de façon plus équitable et précise. S’il apporte beaucoup de modifications, le prix sera plus élevé et vice-versa.


Cette option tarifaire peine à trouver son marché et pour cause !

La distance d’édition peut paraître comme la solution la plus intéressante, mais il y a deux mais…


Premièrement, comme pour un tarif horaire, la distance d’édition ne permet pas de connaitre immédiatement le prix de la prestation et, nous l’avons vu, les clients n’aiment pas ça.


Deuxièmement, qu’en est-il du temps que le post-éditeur passe à lire la traduction automatique, à réfléchir à la bonne formulation, à dénicher les erreurs, à poser des questions au client et à compléter un contrôle qualité, par exemple ? Avec la « edit distance », seulement les frappes au clavier sont prises en compte !

Comment fixez-vous le prix de vos services de post-édition ? Quelle est l’option tarifaire la plus utilisée par vous ou vos clients ? Avez-vous déjà essayé la « edit distance » ? J’ai hâte de lire vos commentaires !

65 views0 comments

Location

Lyon, France

Contact / Collab

Follow

  • LinkedIn
  • YouTube
  • Twitter

© 2020, Enrico Antonio Mion – Mentions Légales