Augmented Translation

Face à face avec… la traduction automatique neuronale

Nous voilà à la dernière interview de cette série. Après la traduction automatique à base de règles et statistique, c’est le tour pour Atta de parler de la traduction automatique neuronale. Cette technologie a le vent en poupe et promet de révolutionner notre environnement de travail.


Comment t’appelles-tu ?

Je m’appelle Atta, mais aujourd’hui vous pouvez m’appeler traductrice automatique neuronale. En fait, après m’être dédiée à la traduction automatique à base de règle et statistique, depuis la moitié des années deux-mille-dix je fais surtout de la traduction automatique neuronale et les humains sont fascinés par mes résultats.

De quoi as-tu besoin pour traduire ?

Je tiens à souligner que pour apprendre à traduire j’ai besoin de données de qualité. Il s’agit de documents à caractère général (de très haute qualité) que j’utilise pour apprendre les bases de la langue et de documents spécifiques (de très haute qualité) que j’utilise pour apprendre la terminologie. Je suis très sensible aux erreurs ! Si vous m’apprenez à traduire vers une certaine langue en me donnant du texte plein d’erreurs, je les apprends et vous les retrouverez dans mes traductions.


Techniquement parlant, en revanche, j’ai besoin d’un codeur qui m’aide à comprendre le texte et d’un décodeur qui m’aide à créer la traduction. Je vous épargne le fonctionnement du mécanisme d’attention, de prolongements de mots et d’autres fonctions liées à l’IA, mais si vous voulez en savoir plus, il suffit de me demander.

Comment organises-tu le procédé de traduction ?

Mon procédé de traduction est relativement simple par rapport à celui des autres systèmes de traduction automatique, car il prévoit une phase d’analyse et de génération, sans passer par la phase de transfert. Toutefois, ma puissance de calcul est extraordinaire.

En utilisant le codeur, j’analyse le texte source pour le transformer en code informatique ; je traite chaque mot source pour repérer un « contexte source » que j’associe ensuite à un « contexte cible ». Pour finir, je passe directement à la phase de génération de la traduction en utilisant le décodeur, car les humains ne comprennent pas le code informatique que j’utilise pour la phase d’analyse. Voilà : vous avez une traduction automatique qui prend en compte le contexte ! Simple, non ?


Comment peut-on te reconnaître ?

À vrai dire, parfois vous ne me reconnaissez pas, car mes traductions brutes sont comparables à des traductions conventionnelles, sans aucune faute de grammaire ni de syntaxe apparente. Seulement l’oeil expert d’un traducteur formé pour faire de la post-édition arrive à dénicher les contresens que je crée.


Quels sont tes points forts ?

Mes traductions sont quasi naturelles et très fluides. D’ailleurs, je peux être utilisée dans des domaines auparavant inaccessibles par un moteur de traduction automatique, par exemple les services d’assistance à la clientèle.

Quels sont tes points faibles ?

Hélas, pour l’entraînement d’un moteur de traduction automatique neuronale il me faut jusqu'à plusieurs semaines et cet entraînement doit être fait en utilisant des données d'une qualité optimale. De plus, je m’adapte difficilement aux langues rares, car il existe peu de données pour me former. Vous noterez aussi une mauvaise performance lorsqu'on utilise un même moteur dans différents domaines ou pour plusieurs types de contenu. Pour finir, comme j’ai déjà mentionné, il m’arrive de créer des contresens et des erreurs de traduction ou d’interprétation.


Quels sont tes domaines préférés ?

Il y en a tellement : juridique, service d’assistance à la clientèle, contenu informatif, communication en entreprise interne et externe, contentieux, sciences de la vie et des nouveaux domaines d’application à découvrir !

Un dernier mot pour la fin ?

Je vous conseille de mieux me connaître pour mieux m’aimer. Beaucoup de professionnels de la traduction me détestent, et je peux comprendre, mais je préfère être considérée comme une assistante qui augmente leur productivité.

Si vous avez d'autres questions pour Atta, n'hésitez pas à laisser un commentaire !

Location

Lyon, France

Contact / Collab

Follow

  • LinkedIn
  • YouTube
  • Twitter
  • Strava

© 2020, Enrico Antonio Mion – Mentions Légales