Augmented Translation

Dix conseils pour une post-édition efficace

La post-édition implique une méthode complètement différente pour traiter les segments présents dans l’outil de TAO. Afin de ne pas perdre trop de temps ni d’argent, il est conseillé de suivre ces bonnes pratiques.


1. La post-édition n’est pas une révision

La phase de post-édition remplace la phase de traduction humaine ; la post-édition est suivie par une révision. La machine commet des erreurs différentes comparées à un humain. Ce n’est pas la peine de rechercher des erreurs de frappe, par exemple. Concentrez-vous sur le sens de la phrase.


2. Je vérifie les consignes du projet afin d’adapter les modifications nécessaires

Définissez le niveau d’intervention humaine souhaitée par le client (en général nous parlons de post-édition légère ou complète) et adaptez vos efforts de post-édition.


3. Je ne passe pas plus de 2 à 3 secondes à décider si je dois utiliser la traduction automatique proposée

Parfois, effacer la traduction automatique, car inutilisable, accélère le travail du post-éditeur qui crée une nouvelle traduction à partir de zéro.


4. J’évite d’apporter des modifications qui résultent d’une préférence personnelle

Le post-éditeur doit apprendre à renoncer à son style de traduction.


5. J’accepte le plus de segments traduits automatiquement possible

Cela réduit le nombre de frappes sur le clavier et permet de post-éditer plus rapidement. Pour accepter le plus de segments traduits automatiquement possible, il est sous-entendu qu’il faut renoncer à son style de traduction.


6. J’utilise la fonction « rechercher et remplacer » pour corriger les erreurs répétitives

Si, à plusieurs reprises, vous vous retrouvez à remplacer un mot par un autre, la fonction « rechercher et remplacer » vous fera épargner du temps. Avant de commencer la post-édition, vous pouvez également lire rapidement la traduction automatique pour repérer les mots à remplacer avec cette fonction.


7. S’il s’agit d’une phrase ou d’un paragraphe très longs, j’utilise la traduction automatique comme source d’inspiration

Vous pouvez vous appuyer sur des morceaux de phrases pour créer la post-édition finale, plutôt que d’essayer de garder la traduction automatique telle quelle en apportant le moins de modifications possible.


8. S’il s’agit d’une traduction faite par un moteur de traduction automatique neuronale, je fais davantage attention à la justesse du transfert des concepts

La phrase peut paraître correcte et fluide, mais suggérer le contraire du texte source. Se concentrer sur le sens de la phrase est primordial.


9. Je renonce à une relecture complète

S’il s’agit d’un projet de post-édition de longue haleine et vous vous êtes familiarisé avec le contenu et les erreurs les plus communes, relisez seulement des bouts de texte et faites confiance aux outils de contrôle qualité.


10. Je personnalise les outils de contrôle qualité

Selon les erreurs les plus communes commises par vous et le moteur de traduction automatique, je définis des mots « interdis » que la fonction de contrôle qualité saura repérer.


Avez-vous d'autres conseils pour une post-édition efficace ? N'hésitez pas à partager les techniques les plus fonctionnelles dans l'accélération d'une post-édition.

41 views

Location

Lyon, France

Contact / Collab

Follow

  • LinkedIn
  • YouTube
  • Twitter
  • Strava

© 2020, Enrico Antonio Mion – Mentions Légales